,

Les arbres dans la ville

Aujourd’hui, à Bois le Roi, la nature est encore très présente. Si la Seine et le massif de Fontainebleau en sont deux manifestations incontestables il en est une troisième, presque plus importante, qui se compose de nos bois et vergers et des arbres privés ou non qui s’offrent à notre vue.

Bien moins protégé, bien plus vulnérable à nos humeurs, cette dernière n’en est pas moins au cœur de la commune. Elle lui donne une âme, tisse un lien physique avec la forêt avoisinante. La conservation de cet ensemble d’arbres dans la ville est primordiale pour notre cadre et qualité de vie. Jusqu’à présent, la ville s’est agrandie aux dépens des bois et des jardins, substituant des constructions aux arbres, dans une concurrence exclusive. La ville s’est ainsi construite contre la forêt, contre la verdure à l’encontre même de ce qui fait son âme.

Les arbres en milieu urbain se trouvent dans un environnement très différent de celui de leur milieu d’origine. Ceux qui ont le plus à souffrir des conditions difficiles sont les arbres d’alignement qu’ils soient sur le domaine public ou sur des parcelles privées en bordure de rue. Il faut donc en prendre soin, d’autant plus soin qu’il faut de nombreuses années avant de pouvoir pleinement en profiter.

Le premier soin à porter à ces arbres passe, et c’est de loin le plus important, par le lobbying ou la pression que peuvent exercer les habitants à l’égard de leurs élus. Il n’est pas là question de contester quoi que se soit, mais seulement, de dire, de rappeler à chaque fois que l’occasion s’en présente, que l’on tient au contexte végétalisé de Bois le Roi. Que s’il est normal que l’autorité commande de tailler une haie, empiétant de trop sur un trottoir, cela l’est moins pour un arbre remarquable, enraciné dans notre cadre de vie et dont les premières branches apparaissent à plus de 5 mètres. La priorité doit être à l’épanouissement de tels arbres et non de donner raison à ceux qui viennent habiter à Bois le Roi pour son cadre mais ne supportent pas les feuilles d’automne de leurs voisins, l’année suivante.

Si le besoin de lumière, la proximité d’une construction ou des fils électriques imposent  une taille alors le second soin est de réaliser une taille douce. Le sujet peut être alors mis en forme, éclairci, allégé, rééquilibré, etc. La taille douce est réalisée dans le souci de préserver la silhouette caractéristique de chaque sujet traité et de répondre aux exigences physiologiques de l’arbre.  Ainsi, après intervention, l’arbre conservera durablement sa beauté originelle et sa valeur patrimoniale.

Aussi bizarre que cela puisse paraître le premier soin que l’on puisse apporter à un arbre est de planter le bon sujet au bon endroit. Que l’on désire un petit, moyen ou très grand arbre il y a aujourd’hui, quelque soit l’emplacement, beaucoup plus de solutions disponibles, qu’autrefois.
Prenons ainsi pour exemple le chêne ou le hêtre, essences magnifiques à feuilles caduques. Leur port, que nous connaissons tous, est large. Ils doivent donc être installés dans un espace suffisamment important pour permettre à leur ramure de se développer librement et sans élagage. Mais si nous ne possédons pas cette espace il est possible de se rabattre vers des arbres au port fastigié* dont le rayon d’emprise des branches ne dépasse pas, en générale, 2 mètres.
Voici quelques exemples d’arbres à port fastigiés: Bouleau pyramidal, Charme fastigié, Hêtre pyramidal, Chêne pyramidal, Peuplier blanc pyramidal,  etc.

Pour que Bois le Roi garde l’aspect forestier qu’est le sien aujourd’hui, il est important que chaque habitant, par ses dires et son comportement contribue au respect de ce patrimoine en quantité et en qualité. Comme il est important, quand faire ce peut, de ne pas obliger à une taille sèche dans un alignement strict et sans intérêt, de ces grands arbres quand leurs branches dépassent au-dessus des rues. C’est une question de cadre de vie, de signature visuelle d’une commune.

* fastigié : se dit des arbres dont les rameaux s’élèvent vers le ciel comme chez les cyprès

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *